LSM Newswire

Thursday, August 21, 2008

Violons de małĂtres luthiers de Florence


De remarquables violons contemporains construits par des małĂtres luthiers de Florence seront exposłęs du 27 aoł¬t au 31 octobre łŢ l'łÔCONOMUSłÔE de la lutherie, au 57, rue Ontario Ouest.
L'exposition Violons de małĂtres luthiers de Florence dłęmontrera que les luthiers italiens Č┤ ont un panache que d'autres n'ont pas, dit Jules Saint-Michel, directeur de ce musłęe qui fait partie d'un rłęseau d'artisans parrainłę par le gouvernement. Leurs instruments suivent la lignłęe traditionnelle mais on les reconnałĂt facilement en raison d'un individualisme fortement accentułę et ils sont, de ce fait, convoitłęs par beaucoup de violonistes. Ȭ
Prłęsentłęe en collaboration avec l'Associazione Liuteria Toscana, l'exposition sera officiellement ouverte en prłęsence du directeur de l'Institut culturel italien, M. Angelo Mazzone, qui souligne ainsi le savoir-faire et l'excellence de ses compatriotes dans un młętier d'art aussi lłęgendaire que la lutherie.
Au cours du vernissage, deux violonistes de rłęputation internationale interprłęteront des ëýuvres italiennes. Alexandre Da Costa joue sur un Stradivarius de 1667 tandis que Martine Cardinal joue sur un violon fait par Jules Saint-Michel.
Huit małĂtres luthiers de Florence et de la rłęgion de Toscane exposeront leurs ëýuvres. Ce sont : Marco Anedda, Claudio Arezio, Fabrizio Di Pietrantonio, Michele Mecatti, Gianluca Montenegro, Paolo Sorgentone, Paolo Vettori et Luigi Ercoli.
M. Saint-Michel, qui est le doyen des luthiers qułębłęcois, rappelle que le violon italien est fabriqułę avec la młüme prłęcision et la młüme qualitłę de son et de forme que celui des plus grands anciens małĂtres. Il sera admirłę et joułę comme certains violons le sont depuis 350 ans.

Č┤ Dans les ventes aux enchł«res, les violons italiens sont recherchłęs et leur valeur augmente sans cesse. Ȭ
C'est la troisił«me prłęsentation de violons italiens łŢ l'łÔCONOMUSłÔE de la lutherie. Les prłęcłędentes ont eu lieu en 2005 et en 2006.
Depuis l'illustre famille des Młędicis jusqu'łŢ l'apogłęe de la Renaissance, Florence a vu la naissance de młętiers qui se sont dłęveloppłęs en corporations. La lutherie, comme d'autres arts, a błęnłęficiłę de l'appui de grands młęcł«nes amoureux de la musique.
En tłęmoignent łęgalement la peinture et la sculpture de cette łępoque. Elles montrent en effet d'innombrables instruments de musique qui confirment la prłęsence de facteurs d'instruments łŢ la cour et dans les palais. Artisans de pł«re en fils souvent, leurs descendants suivent la tradition et franchissent l'łępreuve du temps, ajoute M. Saint-Michel.
L'apport des luthiers toscans n'est pas limitłę łŢ un style spłęcifique, ni łŢ l'influence marqułęe d'un fondateur, łŢ une certaine młęthode de construction ou łŢ l'utilisation de certains matłęriaux. Elle łęmerge plutłąt d'une rłęflexion personnelle ancrłęe dans une tradition hłęritłęe depuis des sił«cles.
L'łÔCONOMUSłÔE de la lutherie fait partie d'un rłęseau qui comprend 50 entreprises artisanales dont 32 de młętiers d'art et 18 agroalimentaires. Il s'łętendra bientłąt łŢ des pays d'Europe du Nord comme la Norvł«ge, l'Islande et l'Irlande.
Luthier depuis quatre dłęcennies et seul Canadien łŢ faire partie du jury de la lutherie au Concours international Tchałěkovski de Moscou, M. Saint-Michel a reł▀u le trophłęe Opus du Conseil qułębłęcois de la musique en reconnaissance de sa compłętence comme facteur d'instruments.


Labels: , ,

0 Comments:

Post a Comment



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home